Félix Leclerc – Demain si la mer

Publié: 18 avril 2015 dans Chanson, Leclerc Félix, Monique Miville-Deschênes
Tags:, , ,
« Pieds nus dans l’aube » de Félix Leclerc
10364039_760713467324557_1836834128744261487_n

1935

Félix Leclerc est né à La Tuque en Haute Mauricie au Québec, le 2 aout 1914. Il était le sixième des onze enfants de Fabiola Parrot et Léonidas Leclerc. « Un matin, je suis parti seul en train pour un collège qui était loin, loin, loin.  J’étais  endimanché,  étranglé.  Des  boules  et  des  boules  me  roulaient  dans  le  cœur.  J’avais  les  yeux  comme  des  fontaines. » écrira plus tard Félix Leclerc dans son roman autobiographique « Pieds nus dans l’aube »(1). Félix commence ainsi des études à l’Université d’Ottawa, mais il est obligé de les arrêter à cause de la crise économique des années 30.

Félix Leclerc occupera divers petits emplois avant de devenir animateur radiophonique à Québec de 1934 à 1937. Dès cette époque, il écrira des scénarios notamment pour le compte de Radio-Canada et il développera ses premières pièces dramatiques écrites pour la radio.  Il y chantera d’ailleurs aussi ses toutes premières chansons. En 1950, l’imprésario parisien Jacques Canetti, de passage au Québec, entendra un enregistrement du fantaisiste montréalais Jacques Normand de la chanson de Félix « Le train du nord ». Vivement impressionné, Jacques Canetti fait enregistrer à Félix Leclerc une douzaine de chansons aux studios d’une station radiophonique montréalaise et l’invite à venir chanter en France, où il obtiendra le succès que l’on connait.

photo43

Félix Leclerc et Monique Miville-Deschênes

Félix, le conteur

Malgré ces succès, Félix ne s’est jamais considéré comme un chanteur mais plutôt comme un conteur.  « Auteur, compositeur et interprète, sa plume, légère comme une relation de longue durée, se laisse porter sur une prose pleine de singularité où chaque mot nous est chanté, où chaque image s’impose tel un tableau, pour nous habiter tout au long de cet hymne à l’amitié, à l’amour. Cet hommage à la vie est marqué par ses moments de bonheur, de misère et finalement par ce qui se trouve au bout du chemin : cette mort imminente que personne ne peut éviter. » (2)

 Demain si la mer

Voici une chanson de Félix qui illustre bien ce talent de conteur qu’il avait où « chaque image s’impose tel un tableau ». Une chanson tout simplement magnifique qu’il a écrite au tout début des années 50 et qui est malheureusement assez peu connue. Notez la voix qui accompagne celle de Félix. C’est celle de l’auteure-compositeure-interprète de Saint-Jean Port-Joli (près de Québec), Monique Miville-Deschênes qui s’est quelque fois produite en première partie lors de récitals de Félix et qui a joué dans sa pièce « Le p’tit bonheur » présentée en tournée au Québec et au Théâtre des Trois baudets à Paris.

felix_leclerc_16

Félix Leclerc – Demain si la mer

(avec la voix de Monique Miville-Deschênes)

Demain, si la mer

Paroles et musique: Félix Leclerc

Demain, si la mer est docile
Je partirai de grand matin
J’irai te chercher une île,
Celle que tu montres avec la main.

Je la ceinturerai en filet
La traînerai près du grand quai
Tu l’offriras au jour
En l’honneur de nos amours.

Si l’océan frémit
Au toucher de ton doigt,
Que penser mon amie
Quand tu te donnes à moi ?

Passerai-je la nuit
Immobile comme marbre
Si tu prends comme lit
Mon hamac sous les arbres ?

Quand ils t’ont aperçue
Les oiseaux en folie
Ont envahi la rue
Et reculé la nuit.

Les fleurs de mon jardin
Se sont déracinées
On les voit le matin
Dans l’air se promener.

Viens, nous nous coucherons
Sous le même manteau
Nous nous endormirons
Liés comme roseaux.


(1)  » Pieds nus dans l’aube » , est le premier roman de Félix Leclerc. Ce livre, Félix Leclerc l’a écrit en 1946 dans un Québec de l’après-guerre, mais l’histoire qu’il nous raconte se situe au début du 20e siècle, dans une campagne où il n’y a ni usine, ni ville, ni les problèmes qui vont venir avec cette ville qu’il ne connait pas encore.

(2) Extrait de « Pieds nus dans l’aube de Félix Leclerc » in Les Cents Papiers 

Autre chansons de Félix à écouter sur « J’ai la mémoire qui chante » :

Lire la biographie de Félix Leclerc

Autres chansons à écouter sur « J’ai la mémoire qui chante » :
 
Liste complète des chansons déjà publiées

* * *

Oui, nous sommes toujours vivant et nous avons besoin de votre soutien !

Cliquez sur ce lien et faites un don  pour nous aider à garder ce site vivant.



Abonnez-vous gratuitement au site « J’ai la mémoire qui chante » pour être avisé des prochaines publications et contribuez ainsi à la promotion de la grande et de la belle chanson d’expression française !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

===============================================
N’OUBLIEZ SURTOUT PAS DE CONFIRMER
votre adresse courriel (email) lorsque vous recevrez
un message à cet effet du système WordPress !
===============================================

 

commentaires
  1. FERRIER dit :

    Merci pour cette chanson magnifique (bien sûr); comme souvent chez Félix Leclerc, elle a sa source dans ses écrits. Ainsi trouve-t-on dans Pieds nus dans l’Aube ou Chansons pour tes yeux des esquisses (volontaires ou non) de chansons ultérieures. « Demain si la mer est docile » provient directement de son « Théâtre de Village », ensemble de petites scènes de village, effectivement, qu’il a présentées dans les villages du Québec jusqu’au petit village de Paris, où je les ai vues dans les années 1960; il occupait alors un petit théâtre dans l’enceinte de la Gare d’Orléans Austerlitz, et présentait chaque pièce par une chanson. Ici, c’était « La muette ». Simplement, il a supprimé l’introduction de la chanson originale (« nous allons maintenant vous chanter l’histoire de la muette, La fille sans beauté, sans amour, sans argent, La fille attachée comme bête au carcan… ») par les deux premiers couplets de l’actuelle, et entièrement repris la première à partir de « si l’océan frémit ». On peut retrouver ces « chansons de village » sur un super 45 tours, où il a encore son merveilleux accent.
    A noter que, à cette occasion, après la fin de la pièce, Félix faisait un court tour de chant (avec un mime pour l’accompagner dans « En Muet » précédé de la présentation d’une débutante éblouissante, Monique Miville-Deschênes.
    Encore merci pour tous vos cadeaux!

    • Merci à vous pour ces intéressantes observations… il faut dire que Félix a commencé à chanter « par nécessité » notamment dans le cas de sa première pièce « Le P’tit Bonheur » où il chantait pour permettre les changements de décor pendant la piece. C’est ainsi, évidemment, qu’est née la chanson le Petit Bonheur... Vous pourrez d’ailleurs écouter sur la page du Petit Bonheur le prologue original de la pièce « Au Petit Bonheur » chanté par Félix.

  2. lydiacervantesj@voila.fr dit :

    C’ est jolli. Merci

    ======================================== Message du 18/04/15 22:14

  3. Jean-François Mathé dit :

    Merci pour la mise en ligne de cette chanson. Elle ne peut que combler l’admirateur inconditionnel de Félix que je suis. J’ai toujours particulièrement aimé les (quelques) chansons qu’il a interprétées en duo avec une femme (voir « La mort de l’ours » sur ce site, ou « La fille de l’île » ou « Je cherche un abri pour l’hiver » entre autres). L’alliance de la voix terrienne de Félix et d’une voix féminine aérienne forme un ensemble d’une harmonie très émouvante en ajoutant des vibrations au texte comme à la musique soutenue par l’exceptionnel jeu de guitare (François Béranger disait : « la mystérieuse guitare de Félix »). Merci encore pour ce précieux moment d’écoute et de bonheur.

  4. Denise dit :

    Bonsoir Denis,

    Merci pour ce beau courriel de chansons anciennes. Moi aussi j’aime bien écouter nos vieilles chansons. Parmi celles-ci il y en a même qui sont avant notre temps mais qui sont très belles quand même. Je les préfère à celles de Céline comme ce soir qui a chanté pour les gens de Mont Mégantic. Je la trouve trop criarde.

    Dimanche dernier je suis allée voir le film La passion d’Augustine et j’ai bien aimé. Le morceau joué « Le temps des cerises » était la chanson préférée de mon mari. Pendant le film je me suis retenue pour ne pas pleurer mais quand je suis arrivée dans mon auto j’ai pas pu me retenir et j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Une chance, j’étais seule. Chao

    Date: Sat, 18 Apr 2015 20:14:18 +0000 To: denisetoup@hotmail.com

    • Bonjour Denise

      Je ne sais pas à quel « Denis » vous adressez votre commentaire mais je trouve toute de même fort intéressant et bien touchant. Moi aussi je préfère « Le temps des cerises » aux lamentations de Céliiiiine et même si je n’ai pas vu le film « La passion d’Augustine », j’imagine facilement le torrent de souvenirs que ce film a pu déclencher en vous… Je ne voudrais pas en ajouter davantage mais je vous suggère tout de même de lire cette page de mon blogue sur cette merveilleuse chanson qu’est « Le Temps des Cerises ».

      Et la version que je vous propose d’écouter est un peu particulière. Il s’agit d’une vidéo, pleine d’émotions et de tendresse, réalisée par le cinéaste belge Daniel Demoustier. Il s’agit d’une interprétation plus contemporaine, aux accents « folk », de cette éternelle chanson chantée par les belges Geike Arnaert et Bobbejaan Schoepen (décédé peu de temps après ce tournage).

      Un moment d’émotion que je ne me lasse pas d’écouter… et de réécouter encore.

  5. Lise dit :

    C’est un réel plaisir d’entendre la vibrante voix de Félix et son texte palpitant. Tout aussi palpitant de revenir sur la page de:  »J’ai la mémoire qui chante ».

  6. Marc Lamarre dit :

    Demain, si la mer
    Paroles et musique: Félix Leclerc oui une chanson qu’on a chanté 2015 au Québec au Palais Montcalm à Québec deux soirs à guichet fermé le 8 et 9 juin 2015 surement en France. Quel belle année de pratrique 20 chansons de Félix.
    Le Grand Choeur Félix-Leclerc présente 500 voix chante Félix
    https://www.facebook.com/groups/730518553634263/

  7. angersd dit :

    Magnifique chanson que je ne connaissais pas. Merci de l’avoir ressuscitée !

  8. Loïse dit :

    Félix était venu donner un concert au collège et j’étais chargée de le recevoir, en 1967 je pense… Il est arrivé, magnifique, m’a demandé mon prénom; Loïse lui ai-je dit timidement… Quel beau prénom a-t-il répondu…
    Comme si c’était hier…ou presque ! Il était plus grand que nature.

    • J’ai aussi un souvenir du même ordre… j’étais, je crois, en Méthode et alors que nous marchions devant le collège, un inconnu est arrivé au volant d’une vieille VW toute déglingué et nous a demandé si c’était bien le séminaire Ste-Thérèse. C’était Félix qui, avec sa guitare, venait donner un récital au collège.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s