Jean Arnulf – Point de vue

Publié: 21 septembre 2012 dans Arnulf Jean, Sèvres Christine

Pour lire les commentaires sur cet article  cliquez ici

Une autre chanson oubliée

La chanson « Point de vue » que je vous propose aujourd’hui repose, elle-aussi, au cimetière des chansons oubliées. Pourtant ce petit bijou de chanson a connu son heure de gloire et vous la redécouvrirez peut-être bien enfouie au creux de vos souvenirs de jeunesse.

Jean Arnulf (1932-2007) eut une carrière de chanteur relativement courte, au cours des années 60, avec un répertoire de chansons engagées. « Point de vue », la chanson qui le fit connaître, est restée son plus grand succès. La chanson a notamment été interprétée par Christine Sèvres (que vous pourrez entendre ci-dessous), Marie-Paule Belle,, Claude Vinci et Marc Ogeret.

Comédien et accessoirement, chanteur, au sein de la troupe de Roger Planchon, à Lyon, Jean Arnulf travaille dans deux ou trois autres compagnies puisse rend à Paris, au début des années 60.  Doué pour la chanson, il se produit dans les cabarets de Montmartre et de la rive gauche. On le présente à Jacques Canetti qui l’engage aussitôt. En juin 1963 paraît, chez Philips, son premier disque couronné, l’année suivante, par l’Académie Charles-Cros.
Le plus souvent, Jean Arnulf chante les textes de sa femme, Martine Merri, qu’il met en musique avec un grand sens de la mélodie, mais des paroles aussi de Henri Gougaud, de Jean-Claude Massoulier ou de Roger Planchon, (« La complainte de Manda »).

Des chansons engagées
La chanson « Point de vue » sera  aussi enregistré par Christine Sèvres et souvent interprétée dans les concours de chanson. En plein époque « yéyé », cette chanson sur l’injustice sociale (« Moi, j’dis qu’la mort a pas l’même goût vue par en d’ssus ou par en d’ssous… ») se classera troisième au palmarès. Dans son répertoire, beaucoup de chansons contestataires, souvent antimilitaristes : Le twist du déserteur, La mienne à moi, Chante une femme (née d’un reportage de Paris-Match sur la guerre du Vietnam. Jean Arnulf chante aussi l’amour et le temps qui passe : Jour après jour, Tiens, Déjà l’automne.  À partir de 1968, il abandonne la chanson, compose des musiques pour les films de Bernard Clavel. En 1976, il enregistre chez RCA un album de chansons de Rezvani (Bassiak). L’année suivante, pour la série télévisée Pierrot-la-chanson, il enregistre, en duo avec Hélène Martin, « La matinée » de Gougaud et Ferrat (Disques du Cavalier).
Jean Arnulf est décédé le 25 mars 2007.
Merci à Michel Ferri, un ami du blogue « J’ai la mémoire qui chante », qui m’a fait redécouvrir cette très, très belle de chanson de Jean Arnulf que je vous invite maintenant à écouter..

Jean Arnulf  chante « Point de vue » (1965)

Christine Sèvre interprète « Point de vue »:

Christine SEVRES chante « Point de vue »

Point de vue

Paroles de Martine Merri  et musique de Jean Arnulf

Le soleil brille pour tout le monde
Quand, à la Méditerranée,
On s’ donne la main, on fait la ronde.
Et chacun peut en profiter.

Faudrait voir à pas mélanger
Les torchons avec les serviettes,
Le caviar et la vache enragée,
Les clochards avec les starlettes.

Moi, j’dis qu’ l’hiver a pas l’ même goût
Selon comment on le regarde.
Moi, j’dis qu’ l’hiver a pas l’ même goût
A Megève ou sous l’ pont de Saint-Cloud.

Sur la Seine, y a des bateaux-mouches
Avec des dames en décolleté
Qui rient très haut et font des touches…
Et y a aussi les suicidés.

Faudrait voir à pas mélanger
Les torchons avec les serviettes,
L’ malheur et l’imbécillité,
La fringale et le coup d’ fourchette.

Moi, j’ dis qu’ la Seine a pas l’ même goût
Selon comment on la regarde.
Moi, j’ dis qu’ la Seine a pas l’ même goût
Vue par en-dessus ou par en-dessous.

Y a des murs où, au matin blême,
On met en rang les entêtés.
Y a des murs où, au matin blême,
On assassine la Liberté.

Faudrait voir à pas mélanger
Les torchons avec les serviettes,
Les martyrs et les médaillés,
Les généraux et les poètes.

Moi, j’ dis qu’ l’Honneur a pas l’ même goût
Selon comment on le regarde.
Moi, j’ dis qu’ la Mort a pas l’ même goût
Vue par en-dessus ou par en-dessous.

Autres chansons engagées  à écouter sur le site « J’ai la mémoire qui chante »:


* * *

Nous avons besoin de votre soutien !

Cliquez sur ce lien et faites un don  pour nous aider à garder ce site vivant.

Abonnez-vous au site « J’ai la mémoire qui chante » et contribuez à la promotion de la grande et de la belle chanson d’expression française !

N VOUS ABONNANT TOUT À FAIT GRATUITEMENT AU SITE « J’AI LA MÉMOIRE QUI CHANTE », VOUS NE COUREZ ABSOLUMENT AUCUN RISQUE sauf celui d’être informé, dès la parution d’une nouvelle chanson !

Pour ce faire, il vous suffit tout simplement d’entrer votre adresse courriel (votre email) en utilisant le formulaire d’abonnement  que vous trouverez, au bas de la présente page !

 * * *

Si vous aimez la chanson d’expression française,  retrouvez-nous sur la page Facebook  «Chansons françaises des années 50 et 60 »  où nous vous proposons,  quotidiennement, l’écoute d’une chanson ayant laissé sa marque au cours de ces années glorieuses pour la chanson, que furent les années 50 et 60 .

Facebook-Icon

Chansons françaises des années 50 et 60

575442_249433995194482_850990571_n

 

 


commentaires
  1. jean aube dit :

    jean arnulf…quelle merveille , un autre oublié…merci à vous…il y a qu ici pour rendre hommage aux grands talents

  2. Melocoton dit :

    Allez bon ! mais alors c’est juste pour répondre à la sollicitation de Rossignol 😉

    C’est malheureusement vrai que Jean Arnulf n’a pas la place qu’il mérite au panthéon de la chanson francophone. Je me souviens de ses chansons contestataires, antimilitaristes ou militante comme celle dédiée à Caryl Chessmann. Mais puisque je suis là, je vais en profiter pour saluer le travail de transcription de ses chansons, effectué par un ami sur le site USDCF (Un siècle de chansons françaises)

  3. Opit dit :

    Quelle belle retrouvaille que cette chanson d’Arnulf, qui illustre si bien le plaisir de vivre pour un moment notre « mémoire qui chante ». MERCI !

  4. joël Boudant dit :

    Merci Pierre pour vos découvertes, et Jean Arnulf en est une pour moi. Continuez. Pour le reste, politesse contre agressivité, vous marquez le point !!! Joël

  5. Rossignol dit :

    Bonjour,

    Tiens, tiens, Melocoton n’a pas encore mis son grain de sel ! Étonnant… J’aime ce pseudo et l’ajout de son complément à la chanson vedette !
    Je ne connaît pas Jean Arnulf ni aucune de ses chansons. J’avoue humblement que ça manque à ma mince culture…Merci !

  6. Dehaine dit :

    Merci beaucoup pour ces rappels à notre mémoire !

  7. Anonyme dit :

    Je découvre aujourd’hui Jean Arnulf. Merci, je partage …. Toujours d’actualité.

  8. Alain SOTTAS dit :

    Bonjour, Pierre,

    Merci pour vos billets. Chacun est un plaisir. Je réagis plus particuličrement aujourd’hui, parce que Jean Arnulf est quelqu’un que j’ai beaucoup chanté. Il m’arrive encore de le chanter, et je le réécoute toujours avec plaisir. Parmi mes favoris : Ne lâche pas ma main ; Tiens, déjà

    « Point de vue » est une merveille, mais dans sa courte carrière, comme vous le soulignez, il en a chanté bien d’autres, remarquables. Sa voix, ses mélodies, sa façon même de chanter… me touchent toujours. Beaucoup de ses textes ont été écrits par Martine MERRY, qui fut son épouse ; ce sont des merveilles de sensibilité et de poésie. J’aurais aimé avoir plus de nouvelles sur cette personne, car elle a contribué pour une grande part à la beauté de ces chansons.

    Il y a quelque temps déjà, me baladant sur YouTube, je suis tombé sur quelques vidéos de Jean Arnulf. Et sous l’une de ces vidéos se trouvait un commentaire d’un homme, que j’ai imaginé assez jeune, qui disait son émotion de trouver là cette chanson, dont les paroles avaient été écrites par sa grand’mčre. J’ignore si cette dame est toujours en vie, mais j’ai partagé un moment l’émotion de cet homme.

    Voilà. c’était juste un petit témoignage. Je suis inscrit sur facebook, surtout pour les besoins de contacts avec quelques personnes parentes ou amies. Je n’en apprécie pas tous les aspects et n’en suis pas un gros utilisateur. Cependant, j’irai volontiers écrire sur ce « truc » que j’aime ce que vous faites. 😉

    Merci encore.

    Bien cordialement, Alain SOTTAS

    Le 21 sept. 2012 06:26, J’ai la mémoire qui chante a écrit :

    > >

    • Merci Alain pour votre gentil commentaire sur le site « J’ai la mémoire qui chante » (…et qui de temps à autres « enchante notre mémoire » lorsque nous y redécouvrons une chanson que nous avions complètement oubliée). Merci aussi pour avoir partagé avec nous ce touchant témoignage dont vous avez été le témoin involontaire sur Youtube. Vous n’êtes d’ailleurs pas le seul à lire les commentaires laissés par les internautes puisque, souvent, je m’en inspire pour rédiger les textes qui accompagnent les chansons que je présente sur le site.

  9. Pierre BOUDRY dit :

    *Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par celle du 6 août 2004. (Loi relative à l’Informatique, aux Fichiers et aux Libertés.), **je vous demande **pour la deuxième fois**de supprimer définitivement de vos fichiers toutes mes coordonnées. ** J’ai fait la même démarche auprès de « wordpress » qui est un site anglophone et ne doit pas comprendre ma demande !… Vous faite ne nécessaire pour arrêter les envoies, sinon je porterai plainte auprès de la CNIL ***

    • Cher Monsieur Boudry

      En réponse à votre « gentil » message, je vous signale que jamais je n’ai reçu de votre part la moindre demande de désabonnement, comme vous le laissez entendre dans votre message. Tout d’abord, ce n’est pas moi qui vous ai abonné à ce blogue. Ensuite, si vous y êtes abonné, c’est notamment parce que vous avez accepté une confirmation d’abonnement que vous a immanquablement fait parvenir le système WordPress.

      Enfin sachez, cher Monsieur, que je ne peux ni abonner, ni désabonner QUI QUE CE SOIT puisque les abonnements sont entièrement gérés par WordPress. Mais puisque vous le demandez « si délicatement » je vais tout de même vous indiquez comment procéder.

      Vous devez aller dans le courriel (email) qui vous a confirmé votre abonnement et cliquer sur le lien hypertexte vous indiquant comment vous désinscrire. Si vous n’avez pas conservé ce courriel – ce qui semble être votre cas – WordPress suggère de vous réabonner à nouveau (sous la même adresse) et d’attendre le message de confirmation qui vous fournira le lien vous permettant de vous désabonner.

      Si cette procédure vous semble trop complexe, vous pouvez aussi vous rendre sur cette page (qui n’est toutefois disponible qu’en anglais) et y inscrire votre adresse courriel (email) sous la rubrique « Manage Your Subcriptions ». Vous accéderez ainsi à une page de désabonnement qui, je l’espère, mettra fin à vos tourments!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s