Robert Desnos – J’ai tant rêvé de toi

Publié: 18 juillet 2011 dans Arbatz Michel, Chanson, Chanson française, Chanson Poèsie, Corringe Michel, Desnos Robert, poésie
Tags:, , , , , ,
L’ultime poème de Desnos « À la mystérieuse »

Robert Desnos

Robert Desnos, ce très grand poète surréaliste français, fera partie de la Résistance jusqu’à son arrestation le 22 février 1944. Il sera déporté à Buchenwald et passera par d’autres camps avant de mourir à Theresienstadt, en Tchécoslovaquie. Épuisé par les privations et malade du typhus, il y mourra en  juin 1945, un mois après sa libération du camp par les Russes.

Cette brève mise en contexte est malheureusement nécessaire pour comprendre et situer le contexte de diffusion de ce très beau poème de Desnos.

Desnos voue une passion immodérée pour la chanteuse  Yvonne George

Desnos voue en effet une passion pour l’émouvante chanteuse de music-hall Yvonne George qu’il a rencontré en 1924. Elle sera la mystérieuse qui hantera ses rêves et elle règnera sur ses poèmes des Ténèbres. Si l’on en croit un de ses proches, cet amour ne fut jamais partagé. Il le rêvera plus qu’il ne le vivra, source d’inspiration pour de nombreux poèmes, dont celui-ci qui  s’avérera être son ultime poème.

Un texte retrouvé

Après la guerre, la presse française publiera en effet ce texte de Desnos, qui aurait été retrouvé sur lui.  En réalité, le texte est le résultat d’une traduction approximative à partir du tchèque de la dernière strophe d’un poème de Desnos a écrit en 1926 et dédié à Yvonne George. Le court poème « J’ai tant rêvé de toi » devient pour la conscience collective l’ultime message du poète. La voix de Robert Desnos résonne désormais dans un poème qui a cessé de lui appartenir pour devenir la voix de tous.

(1) Interprétation saisissante de Michel Arbatz

Le compositeur, chanteur et comédien français, Michel Arbatz donne ici une interprétation absolument saisissante de cet émouvant poème. Artisan du verbe, à la fois fin et facétieux, Arbatz est l’auteur de centaines de chansons, voyages poétiques ou avalanches étourdissantes de jeux de mots. Il a réalisé huit albums de ses chansons et deux autres consacrés à Robert Desnos et Roland Dubillard. Le poème que vous entendrez ci-dessous est extrait de l’un des ces albums. Son dernier album, «De A à Z» est paru début 2010.

Michel Arbatz – J’ai tant rêvé de toi

J’ai tant rêvé de toi   – Robert Desnos – Extrait de « Corps et biens » (1930)

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant
Et de baiser sur cette bouche la naissance
De la voix qui m’est chère?

J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués
En étreignant ton ombre
A se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
Au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante
Et me gouverne depuis des jours et des années,
Je deviendrais une ombre sans doute.
O balances sentimentales.

J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps
Sans doute que je m’éveille.
Je dors debout, le corps exposé
A toutes les apparences de la vie
Et de l’amour et toi, la seule
qui compte aujourd’hui pour moi,
Je pourrais moins toucher ton front
Et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.

J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé,
Couché avec ton fantôme
Qu’il ne me reste plus peut-être,
Et pourtant, qu’a être fantôme
Parmi les fantômes et plus ombre
Cent fois que l’ombre qui se promène
Et se promènera allègrement
Sur le cadran solaire de ta vie.

(2) Chanson inspirée du même poème

Le chanteur français Michel Corringe – à qui on doit plusieurs chansons dont notamment « La route » (inspirée du roman du franco-américain, Jack Kerouac, « Sur la route », le célèbre manifeste de la « beat generation ») – a mis en musique une version inspirée du poème de Desnos.

C’est notre correspondant et ami « Melocoton » (de Belgique) qui a déniché cette pièce que je vous invite maintenant à découvrir à votre tour !  Une très belle chanson…

Michel Corringe – J’ai tant rêvé de toi  (chanson inspirée du poème de Robert Desnos)

(3) Une lettre à Youki

Nous avons précédemment évoqué l’impossible, le douloureux amour de Desnos pour la comédienne Yvonne George qui lui inspira le poème « J’ai tant rêvé de toi ». Mais le dernier et réel grand amour de Desnos, c’est Youki (Lucie Badoud, baptisée Youki par le peintre Foujita et appelée la sirène par Desnos, est née en 1903 à Paris).  Desnos lui adressera, jusqu’à sa mort, plusieurs lettres d’amour et d’espoir dont  cette très belle « Lettre à Youki « . Cette lettre est lue par le comédien Denis Lavant  qui a commis, en compagnie d’Eve Griliquez, une  « Anthologie poétique » (2CD) consacrée à Robert Desnos (2001), album d’où est extraite la pièce ci-dessous. Merci, encore une fois,  à notre savant dénicheur Mélocoton de l’avoir porté à notre attention.

Denis Lavant  – Lettre de Robert Desnos à Youki  (15 juillet 1944)

Lettre de Robert Desnos  à Youki  (15 juillet 1944)

(Youki)

Mon Amour,

Notre souffrance serait intolérable si nous ne pouvions la considérer comme une maladie passagère et sentimentale. Nos retrouvailles embelliront notre vie pour au moins trente ans. De mon côté, je prends une bonne gorgée de jeunesse, je reviendrai rempli d’amour et de forces ! Pendant le travail un anniversaire, mon anniversaire fut l’occasion d’une longue pensée pour toi. Cette lettre parviendra-t-elle à temps pour ton anniversaire? J’aurais voulu t’offrir 100 000 cigarettes blondes, douze robes des grands couturiers, l’appartement de la rue de Seine, une automobile, la petite maison de la forêt de Compiègne, celle de Belle-Isle et un petit bouquet à quatre sous. En mon absence achète toujours les fleurs, je te les rembourserai. Le reste, je te le promets pour plus tard.

Mais avant toute chose bois une bouteille de bon vin et pense à moi. J’espère que nos amis ne te laisseront pas seule ce jour. Je les remercie de leur dévouement et de leur courage. J’ai reçu il y a une huitaine de jours un paquet de J.-L. Barrault. Embrasse-le ainsi que Madeleine Renaud, ce paquet me prouve que ma lettre est arrivée. Je n’ai pas reçu de réponse, je l’attends chaque jour. Embrasse toute la famille, Lucienne, Tante Juliette, Georges. Si tu rencontres le frère de Passeur, adresse-lui toutes mes amitiés et demande- lui s’il ne connaît personne qui puisse te venir en aide. Que deviennent mes livres à l’impression? J’ai beaucoup d’idées de poèmes et de romans. Je regrette de n’avoir ni la liberté ni le temps de les écrire Tu peux cependant dire à Gallimard que dans les trois mois qui suivront mon retour, il recevra le manuscrit d’un roman d’amour d’un genre tout nouveau. Je termine cette lettre pour aujourd’hui.

Aujourd’hui 15 juillet, je reçois quatre lettres, de Barrault, de Julia, du Dr Benet et de Daniel. Remercie-les et excuse-moi de ne pas répondre. Je n’ai droit qu’à une lettre par mois. Toujours rien de ta main, mais ils me donnent des nouvelles de toi; ce sera pour la prochaine fois. J’espère que cette lettre est notre vie a venir. Mon amour, je t’embrasse aussi tendrement que l’honorabilité l’admet dans une lettre qui passera par la censure. Mille baisers. As-tu reçu le coffret que j’ai envoyé a l’hôtel de Compiègne?

Robert

Lire la biographie de Robert Desnos

 Autres poèmes à écouter sur le site « J’ai la mémoire qui chante »

* * *

Nous avons besoin de votre soutien !

Abonnez-vous au site « J’ai la mémoire qui chante » et contribuez à la promotion de la grande et de la belle chanson d’expression française !

EN VOUS ABONNANT TOUT À FAIT GRATUITEMENT AU SITE « J’AI LA MÉMOIRE QUI CHANTE », VOUS NE COUREZ ABSOLUMENT AUCUN RISQUE sauf celui d’être informé, dès la parution d’une nouvelle chanson !  

Pour ce faire, il vous suffit tout simplement d’entrer votre adresse courriel (votre email) en utilisant le formulaire d’abonnement  que vous trouverez, au bas de la présente page !

commentaires
  1. Anonyme dit :

    Je viens tout juste de répondre à votre invitation et je découvre votre site.
    A peine quelques pages tournées et la sensation de délice s’éveille… belles promesses.

  2. eb5ef96v dit :

    Hello, hello,

    Merci à l’un et l’autre pour les remerciements que je transmettrai à qui de droit c’est-à-dire à la Médiathèque de la Communauté Française de Belgique d’où viennent bon nombre de mes disques 😉 Elle dispose d’une exceptionnelle collection de musiques en tous genre : Chanson francaise, Rock, Jazz, musique du monde, musique classique, musique de film, … sur divers supports comme le 33 tours, la cassette audio, le CD, le DVD, le Blue-Ray, … Malheureusement, ces objets loués ne sont pas toujours bien traités ce qui explique que parfois… ça gratte un peu 😀

  3. Un partageux dit :

    Eh flûte ! Qui doit-on remercier ? Melocoton de nous avoir ressorti ce Corringe de derrière les fagots ? Ou bien Pierre de lui redonner une place dans nos cœurs ?

    Je n’avais pas entendu cette chanson de Michel Corringe depuis l’époque où elle venait de sortir sur une galette de vinyle. Et c’est une très belle redécouverte.

    • Alors là, c’est tout à fait Melocoton qu’il vous faut remercier, cher très anonyme Partageux… Même les craquements de son vieux microsillon sont de lui et il pourrait sans doute nous expliquer, à vous et à moi, les tourments que ce vénérable 33 tours a sans doute subi au fil des ans.

      Mon seul mérite a été d’avoir suffisamment aimé la chanson pour l’intégrer, à postériori, à mon article comme je l’ai d’ailleurs fait pour le texte lu par Denis Lavant et qui vient de la même intarissable source.

  4. Melocoton dit :

    Denis Lavant est un comédien et acteur de cinéma et de télévision. Il prête également sa voix pour des lectures de poètes comme : Arthur Rimbaud, Jean Genet, József Attila, … Il a commis en compagnie d’Eve Griliquez une « Anthologie poétique » (2CD) consacrée à Robert Desnos qui est sortie en 2001 chez Fremeaux et associés.

    Pour la petite histoire, à titre personnel, c’est à Juliette Greco (Une fourmi de 18 mètres) et à Louis Aragon (Robert le diable) que je dois d’avoir découvert Desnos. Au passage, tu cites l’amour impossible et douloureux de Desnos pour Yvonne George mais son dernier et réel grand amour c’est Youki qu’il partage dans un premier temps avec le peintre Foujita et à qui il adressera, jusqu’à sa mort, ses lettres d’amour et d’espoir comme cette très belle « Lettre à Youki » http://www.4shared.com/audio/U1dFlfMh/14-Lettre__Youki.html

  5. Melocoton dit :

    Extrait de « Desnos – Anthologie poétique » et dit par Denis Lavant
    http://www.4shared.com/audio/ovFh2drY/10-Jai_tant_rv_de_toi.html

  6. Lise dit :

    Bonjour Pierre,

    Me revoilà, je suis là ! En effet, Corringe a eu l’audace de retoucher le superbe texte de Desnos pour en faire une très, très belle variante en chanson. Merci de nous la faire entendre ; c’est un cadeau, un signe évident qui arrive subtilement.

    Bonne fin de journée à vous !

  7. Monique Tomson dit :

    J’aime ce poème depuis ma jeunesse. Il fut un temps où je le connaissais presque par coeur. C’est pourquoi je me permets de vous signaler une toute petite correction. Dans la troisième strophe, au septième vers, il faut lire « Je pourrais moins toucher ton front » (et non « au moins »).
    L’interprétation de Michel Arbatz est magnifique. Merci de nous la faire découvrir.

  8. lyre dit :

    Je visite ce site pour la première fois. Remarquable sélection d’auteurs et d’interprètes et explications fiables. Très émouvante interprétation du poème de Desnos. Merci, merci. Je reviens dès que possible.

    • Merci à vous pour ce fort gentil commentaire… Nous publions une nouvelle chanson à chaque semaine. Au plaisir donc de vous y retrouver !

      Et si vous aimez la belle et grande chanson et que vous avez des amis ou des proches qui aiment, tout autant que vous, la chanson d’expression française, POURQUOI NE PAS LEUR SIGNALER L’EXISTENCE DE CE SITE. En diffusant ainsi la petite histoire des grandes chansons, vous contribuez au maintien de la chanson d’expression française dans notre mémoire collective.

  9. Daniel Gingras dit :

    Ah la poésie! Chaque homme y consacrerait un tout petit quart d’heure chaque jour que le monde deviendrait meilleur, hein?

  10. […] This post was mentioned on Twitter by Pierre Lavallée, Marsattac. Marsattac said: Robert Desnos – J’ai tant rêvé de toi « J'ai la mémoire qui chante http://bit.ly/aqnlkW […]

  11. Jocelyne Vachon dit :

    Merci !!!!!!!!! Une trouvaille ! Bouleversant !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s