Deux poèmes du poète Paul Fort

Paul Fort

Georges Brassens a interprété, en s’accompagnant à la guitare,  plus d’une centaine de ses poèmes. Mais il a également mis en musique de nombreux poèmes dont ceux de Paul Fort. Nous vous proposons aujourd’hui d’écouter, deux des poèmes de Paul Fort que Georges Brassens a admirablement mis en musique.

Le premier de ces deux poèmes est très connu puisqu’il était présent sur un des tout premiers albums publiés par Brassens.

Le deuxième poème l’est beaucoup moins et il n’a, de fait, jamais été chanté par Georges Brassens sur scène et n’a jamais été gravé sur disque par celui-ci.

Un mot tout d’abord sur l’auteur de ce deux poèmes.  Jules Jean Paul Fort ( né à Reims en 1872) est poète et dramaturge français dont l’œuvre poétique abondante est liée au mouvement symboliste tout en étant empreinte de simplicité et de lyrisme. Paul Fort fréquenta donc  quelques-uns des écrivains et poètes les plus connus de son temps : Paul Verlaine, Stéphane Mallarmé, Pierre Louÿs, André Gide.

La complainte du Petit Cheval Blanc

Le premier poème intitulé par Paul Fort « La complainte du Petit Cheval Blanc » deviendra la chanson « Le Petit Cheval » sous la guitare de Georges. « Le Petit Cheval » aborde deux thèmes bien différents. Le courage et le dévouement inconditionnel, tout d’abord. Ensuite la mort dans toute son ingratitude et sa « gratuité ». Ces thèmes ne sont pas nouveaux chez Brassens. Le thème de la mort occupe en effet une place importante dans toute l’œuvre de celui-ci. La musique qu’il a composée n’est pas non plus sans lien avec le thème abordé. Brassens a voulu souligner le pas de « petit cheval » avec un accompagnement et un rythme rappelant celui du trot d’un petit cheval.

Nous vous proposons d’entendre, ci-dessous, le seul extrait vidéo connu où l’on peut voir Georges Brassens interpréter sa chanson « Le Petit Cheval ». Dans cet extrait, il est accompagné de la chanteuse Nana Mouskouri avec qui il partage les couplets. Un document assez exceptionnel comme vous le constaterez.

Georges Brassens & Nana Mouskouri – Duo – Le Petit Cheval  (1972)


LE PETIT CHEVAL

Paul Fort — version Brassens

Le p’tit cheval dans le mauvais temps,
Qu’il avait donc du courage !
C’était un petit cheval blanc,
Tous derrière, tous derrière,
C’était un petit cheval blanc,
Tous derrière et lui devant.

Il n’y avait jamais de beau temps
Dans ce pauvre paysage.
Il n’y avait jamais de printemps
Ni derrière ni derrière,
Il n’y avait jamais de printemps
Ni derrière ni devant.

Mais toujours il était content,
Menant les gars du village,
A travers la pluie noir’ des champs,
Tous derrière, tous derrière,
A travers la pluie noir’ des champs,
Tous derrière et lui devant.

Sa voiture allait poursuivant
Sa bell’ petit’ queue sauvage.
C’est alors qu’il était content
Eux derrière, eux derrière,
C’est alors qu’il était content
Eux derrière et lui devant.

Mais un jour, dans le mauvais temps,
Un jour qu’il était si sage,
Il est mort par un éclair blanc,
Tous derrière, tous derrière,
Il est mort par un éclair blanc,
Tous derrière et lui devant.

Il est mort sans voir le beau temps,
Qu’il avait donc du courage !
Il est mort sans voir le printemps
Ni derrière ni derrière,
Il est mort sans voir le printemps,
Ni derrière ni devant.

La Corde

brassens

Le deuxième poème de Paul Fort mis en musique par Brassens que nous vous proposons d’écouter aujourd’hui, est encore plus particulier. Il s’agit d’un poème de Paul Fort intitulé « La Corde« .

Brassens l’a mis en musique mais ne l’a jamais chanté. Nous savons toutefois que Georges a offert cette chanson à  Mouloudji qui l’a laissée plusieurs années dans ses tiroirs et ne l’a finalement pas chanté, lui non plus.  Mais – il y a fort heureusement un « mais » – le fils de Mouloudji, Gricha, a déniché la chanson et l’a enregistrée en 1987 à la place de son père. Et tout comme moi,  vous serez très certainement étonnés d’entendre sa voix. Mouloudji fils, chante avec la même voix et les mêmes  intonations que son père!  C’est vraiment à si méprendre…

Voici donc « La Corde’ sur une musique perdue de Georges Brassens et avec la voix  céleste retrouvée de Mouloudji…

« Le câble est cassé, fillette,
et c’est toi qu’as trop tiré. « 

La corde – Gricha Mouloudji

     1b9d7f567eb5b28a3c7b9f7bbfa2f92b
La Corde

(Poème de Paul Fort – Musique de Georges Brassens et chanté par Gricha Mouloudji

La corde

« Pourquoi renouer l’amourette ?
C’est-y bien la peine d’aimer ?
Le câble est cassé, fillette.
C’est-y toi qu’as trop tiré ?

C’est-y moi,? C’est-y un autre ?
C’est-y le bon Dieu des Chrétiens ?
Il est cassé; c’est la faute
à personne; on le sait bien.

L’amour, ça passe dans tous les cœurs;
c’est une corde à tant d’vaisseaux,
et ça passe dans tant d’anneaux,
à qui la faute si ça s’use ?

Y a trop d’amoureux sur terre,
À tirer sur le même péché.
C’est-y la faute à l’amour,
si sa corde est si usée ?

Pourquoi renouer l’amourette ?
C’est-y bien la peine d’aimer ?
Le câble est cassé, fillette,
et c’est toi qu’as trop tiré. »

Lire la biographie de Georges Brassens
Lire la biographie de Marcel Mouloudji

Autres chansons à écouter sur « J’ai la mémoire qui chante » :

* * *

Oui, nous sommes toujours vivant et nous avons besoin de votre soutien !

Cliquez sur ce lien et faites un don  pour nous aider à garder ce site vivant.



Abonnez-vous gratuitement au site « J’ai la mémoire qui chante » pour être avisé des prochaines publications et contribuez ainsi à la promotion de la grande et de la belle chanson d’expression française !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

===============================================
N’OUBLIEZ SURTOUT PAS DE CONFIRMER
votre adresse courriel (email) lorsque vous recevrez
un message à cet effet du système WordPress !
===============================================

 


commentaires
  1. Monique Tomson dit :

    René Hausman, qui signe le dessin du petit cheval, est un dessinateur et illustrateur belge très connu.
    http://www.renehausman.be/biographie.html

  2. Melocoton dit :

    Bonjour Pierre,

    Un ami recherchait « La corde » par Gricha Mouloudji et j’ai eu la chance de pouvoir l’acquérir sur le net. J’ai été frappé par l’incroyable ressemblance de voix entre le fils et le père qui, depuis bien longtemps, avait déjà une place de choix dans mon panthéon à moi.

    Mon imprimante ne scanne que le format A4 alors j’ai dû un peu raboter la pochette et en plus, j’ignore comment passer des images dans les messages 😉

  3. Anne-Marie dit :

    A s’y méprendre effectivement ! Merci pour cette découverte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s