Le père de la chanson québécoise.

Félix Leclerc – que les québécois appelle affectueusement de son seul prénom de « Félix » – est né à La Tuque ,au nord-ouest de Trois-Rivières, le 2 août 1914. Il est le sixième enfant d’une famille de onze rejetons. Après avoir été annonceur à la radio, Félix est vite devenu, de rencontres en exil, non seulement créateur de textes radiophoniques, d’oeuvres littéraires et de théâtres, mais surtout le véritable père de la chanson québécoise.

En 1950,  le fantaisiste montréalais Jacques Normand fait entendre à l’imprésario parisien Jacques Canetti, un enregistrement de la chanson « Le train du nord » de Félix Leclerc. Vivement impressionné, celui-ci lui fait enregistrer une douzaine de chansons aux studios de la station radiophonique montréalaise de CKVL et lui offre un contrat de cinq ans avec les disques Polydor.

Félix Leclerc – 1950

D’un coup, la chanson québécoise vient de gagner ses lettres de noblesse

Quelques mois plus tard, Félix fera trois semaines au théâtre l’ABC à Paris. Avec ses bottes, sa veste à carreaux et sa guitare, Félix Leclerc – que les Français coifferont du surnom « Le Canadien » – y remporte le soir du 22 décembre 1950 un véritable triomphe. Il tient ensuite pendant 14 mois l’affiche des Trois Baudets (de Canetti), puis effectue des tournées en France, ailleurs en Europe et au Proche-Orient.  Au Québec, ce sera une surprise un peu gênée.  Le p’it gars dont on se moquait gentiment hier vient  de conquérir le monde sans rien changer à son allure, à ses textes ou à sa « parlure » comme se plaisait à le dire, Félix lui-même!  D’un coup, la chanson québécoise vient de gagner ses lettres de noblesse.

Félix Leclerc enregistre en 1951 un premier album qui contient « Moi, mes souliers », « Le petit train du nord », « Bozo » et évidemment, « Le petit bonheur » qui fait l’objet de la présente page.  Notons que Félix remportera le grand prix de l’Académie Charles-Cros en 1958 pour son second album « Le train du nord ».

Une chanson de transition dans une pièce de théâtre

La chanson « Le Petit Bonheur » a été chantée par Félix Leclerc, pour la première fois en 1948, au Théatre du Gésu à Montréal. La chanson servait de transition, « le temps de changer les décors dans la pièce « Au Petit Bonheur » comme le soulignait lui-même Félix. Dans cette production fantaisiste que Félix, lui-même, a écrit et mis en scène, il y chante  plusieurs de ses chansons pendant les nombreux changements de costumes des comédiens.

Pour vous mettre en appétit, nous vous proposons d’écouter, ci-dessous, le court prologue original de la  pièce  « Au Petit Bonheur » chanté par Félix (merci à Melocoton qui m’a fait parvenir cet inestimable document).

Prologue de la pièce Au Petit Bonheur chanté par Félix (1948~49)

 

Félix chante « Le Petit Bonheur »

Nous vous proposons, ensuite, d’écouter deux versions de la  chanson « Le Petit Bonheur » toutes chantées par Félix. Tout d’abord,  dans un document vidéo qui a valeur d’archive, vous pourrez voir Félix interpréter « Le Petit Bonheur » lors d’une émission diffusée par Radio-Canada en 1962; soulignons que le présentateur de l’époque était le comédien Denis Drouin. Vous pourrez ensuite entendre la version enregistrée sur disque par Félix en 1965 et qui est la version la plus connue de sa célèbre chanson. Il existe également une version orchestrée de la chanson Le Petit Bonheur chantée par Félix mais elle n’a pas, du moins je le crois, la même chaleur.

Félix Leclerc chante « Le Petit Bonheur » –  Société Radio-Canada (1962)

 

1517491_237974932992791_1089978976_n

 

Félix chante « Le Petit Bonheur » sur disque (1964)

Étiquette originale du 78 tours

LE P’TIT BONHEUR (paroles et musique par Félix Leclerc)

C’est un petit bonheur que j’avais ramassé
Il était tout en pleurs sur le bord d’un fossé
Quand il m’a vu passer il s’est mis à crier
« Monsieur, ramassez-moi, chez vous emmenez-moi
Mes frères m’ont oublié, je suis tombé, je suis malade
Si vous ne me cueillez point, je vais mourir, quelle ballade
Je me ferai petit, tendre et soumis, je vous le jure
Monsieur, je vous en prie, délivrez-moi de ma torture »

J’ai pris le petit bonheur, l’ai mis sous mes haillons
J’ai dit: « Faut pas qu’il meurt, viens-t’en dans ma maison »
Alors le petit bonheur a fait sa guérison
Sur le bord de mon coeur, y’avait une chanson
Mes jours, mes nuits, mes peines, mes deuils, mon mal, tout fut oublié
Ma vie de désoeuvré, j’avais le dégoût de la recommencer
Quand il pleuvait dehors ou que mes amis me faisaient des peines
Je prenais mon petit bonheur et je lui disais: « C’est toi ma reine »

Mon bonheur a fleuri, il a fait des bourgeons
C’était le paradis, ça se voyait sur mon front
Or un matin joli que je sifflais ce refrain
Mon bonheur est parti sans me donner la main
J’eus beau le supplier, le cajoler, lui faire des scènes
Lui montrer le grand trou qu’il me faisait au fond du coeur
Il s’en allait toujours la tête haute, sans joie, sans haine
Comme s’il ne pouvait plus voir le soleil dans ma demeure

J’ai bien penser de mourir de chagrin et d’ennui
J’avais cessé de rire, c’était toujours la nuit
Il me restait l’oubli, il me restait le mépris
Enfin que je me suis dit, il me reste la vie
J’ai repris mon bâton, mes deuils, mes peines et mes guenilles
Et je bats la semelle dans des pays de malheureux
Aujourd’hui quand je vois une fontaine ou une fille
Je fais un grand détour ou bien je me ferme les yeux
Je fais un grand détour ou bien je me ferme les yeux

Lire la biographie de Félix Leclerc

Autres chansons de Félix à écouter sur le site « J’ai la mémoire qui chante »

Autres chansons québécoises à écouter sur le site « J’ai la mémoire qui chante »

* * *

Oui, nous sommes toujours vivant et nous avons besoin de votre soutien !

Cliquez sur ce lien et faites un don  pour nous aider à garder ce site vivant.



Abonnez-vous gratuitement au site « J’ai la mémoire qui chante » pour être avisé des prochaines publications et contribuez ainsi à la promotion de la grande et de la belle chanson d’expression française !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

===============================================
N’OUBLIEZ SURTOUT PAS DE CONFIRMER
votre adresse courriel (email) lorsque vous recevrez
un message à cet effet du système WordPress !
===============================================

 

commentaires
  1. Jean-Louis Legault dit :

    Je suis épaté de faire connaissance avec ce site et espère y accéder le plus souvent possible. J’en ferai le tour régulièrement et le citerai comme référence dans mes contacts. J’y contribuerai aussi de temps à autres selon les circonstances. Je crois avoir trouvé un bon repère de notre patrimoine!

    • Merci Jean-Louis pour ce gentil commentaire.

      Pour votre information, le site « J’ai la mémoire qui chante » existe depuis l’automne 2010, quoique plus récemment j’ai réduit considérablement le rythme des nouvelles publications. Selon le dernier Rapport Annuel, le bogue « J’ai la mémoire qui chante » recrute maintenant des « auditeurs » dans plus de 140 pays et il a rejoint, malgré ses maigres ressources, pas moins de 500 000 visiteurs depuis sa création.

  2. Fred dit :

    Bonjour,
    je ne suis pas spécialiste mais la version du petit bonheur sur disque que vous indiquez de 1955, n’est-ce pas plutôt celle de 1964, avec la contrebasse ?
    cordialement

  3. […] Lien : https://memoirechante.wordpress.com/2011/01/14/felix-leclerc-le-ptit-bonheur/ […]

  4. M&M dit :

    Bonjour

    Je suis amateur de disques vinyle.

    Existe t il encore des disques vinyle d’époque des chansons du théatre de village, sur lesquels sont reprises les chansons qui servait de transition entre les scènes du spectacle dont « le p’tit bonheur » ?
    Merci de votre compétence

  5. Mario Paradis dit :

    Le p’tit bonheur en question,dont vous parlez dans la chanson, est-ce une femme?

    • Oui il s’agit selon toute vraisemblance d’une femme (« c’est toi ma reine » dira-t-il à la fin du deuxìeme couplet). Félix raconte dans sa chanson « Le Petit Bonheur » l’histoire de cet amour et de la séparation déchirante qui s’en suivit.

      Il n’a jamais raconté, du moins publiquement, les circonstances de cet épisode douloureux de sa vie. Mais il a dédié sa chanson à sa première femme « Dedouche » comme vous pouvez le découvrir dans cette courte vidéo datant de 1962 et qui a été enregistrée dans les studios de Radio-Canada:

  6. Samuel dit :

    Pour mon exposé en français : Qu’est-ce que représente cette chanson ? merci !

  7. […] (12 billets) Félix Leclerc – Le Petit Bonheur – J’ai la mémoire qui […]

  8. Robert dit :

    Un beau trésor d’archives.

  9. Quel beau travail .Super touchant et intéressant d’écouter celui qui nous a quittés trop hâtivement.
    Aimée

    • Lorsque Félix est décédé nous étions en Caroline du Sud avec les enfants (au bord de la mer) de telle sorte que je n’ai jamais pu faire mon deuil de la mort de Félix. A notre retour, il était tout simplement disparu…

      Mais effectivement c’est, avec le recul, qu’on peut mesurer l’ampleur de la perte ! Sur le plan de la chanson bien sûr mais aussi sur le plan des idées (il n’avait pas que des idées politiques) !

  10. Melocoton dit :

    Oops ! C’est pas la meilleure interprétation qu’il soit mais je m’en voudrais d’oublier

    Hugues Aufray : http://www.zshare.net/audio/85210139e11819ac/

  11. Melocoton dit :

    quelques autres versions ou chansons autour de…. :

    Felix Leclerc (Restauration sonore extraite de « Chansons perdues 1950-1953 ») :

    Prologue : http://www.zshare.net/audio/852073034168e180/
    Le p’tit bonheur : http://www.zshare.net/audio/85206126c14294af/
    Finale : http://www.zshare.net/audio/85207873945369a3/

    Fabienne Thibeault :
    http://www.zshare.net/audio/852062783dec99ee/

    l’excellent François Beranger :
    http://www.zshare.net/audio/8520654034d1a308/

    Gilles Dreu : http://www.zshare.net/audio/852095474f491c65/

    Robert Cogoi : http://www.zshare.net/audio/85209704326455cd/

    • Merci à vous, chère Melocoton, pour ces intéressants ajouts… je trouve particulièrement fascinant le prologue à la chanson que vous nous avez proposé et qui date de la pièce de théâtre originale et que je vais, de ce pas, ajouter à la page de la chanson.

  12. Monique Tomson dit :

    Dans la version des années 60 (1965 selon un commentaire sur Dailymotion, je crois identifier dans le public Francis Blanche (avec sa pipe) et Guy Béart. Il y a sans doute d’autres personnalités… S’agit-il d’un concert spécial ou d’une émission de télévision ?

    • Pierre Lavallée dit :

      Oui, effectivement Monique j’avais reconnu la bonne bouille de Francis Blanche et aussi, entre-aperçu Guy Béart. Ce qui signifie qu’il s’agit vraisemblablement d’une émission de télévision française ou belge. Mais je n’en sais pas plus sur les sources de cette émission… Il me parait plausible que l’émission ait été diffusée en 1965.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s