Patachou – Les amoureux des bancs publics

Publié: 19 octobre 2010 dans Brassens Georges, Chanson, Chanson française, Patachou
Tags:
C’est elle qui donnera « sa chance » à Georges Brassens

Epouse d’un pâtissier montmartrois (d’où elle tirera éventuellement son nom d’artiste), Patachou monte son cabaret « Chez Patachou » vers 1950 et débute dans la chanson, ayant pour parrain Maurice Chevalier. Ce sont les journalistes parisiens qui la rebaptiseront du nom de son cabaret.  En 1952, enthousiasmée par les chansons de Georges Brassens, Patachou interprètera « Les Bancs publics », « Brave Margot », et aussi « La Chasse aux papillons ». Georges Brassens montera ensuite sur la scène du cabaret, pour la première fois et chantera, entre autres, Le Gorille et P… de toi, que Patachou estimait, fort justement, ne pas pouvoir interpréter elle-même.

Une pépinière d’artistes

Beaucoup d’artistes débuteront chez elle : Maurice Fanon, Guy Béart, Léo Ferré, Jacques Brel, Frida Boccara, Jean-Jacques Debout, Hugues Aufray, pour ne nommer que ceux-là. Avec l’arrivée du yéyé, elle se retirera peu à peu de la chanson au cours des années 1960, en se consacrant à sa carrière d’actrice, principalement au cinéma.

Nous vous présentons, ci-dessous, deux versions de la même chanson. Tout d’abord, la version originale de la chanson qui est celle de Patachou et ensuite, celle que Georges Brassens, lui-même, a endisquée  postérieurement à la première.

6970538727_9cdc71e813_b

« Les Bancs Publics » chanté par Patachou

Pochettes originales de l’album de Patachou et de celui de Brassens

georges-brassens--img-md07d9c3a86540e090860c4c95f7f5888

« Les Bancs Publics » chanté par Georges Brassens

Les Amoureux Des Bancs Publics

Parole et Musique de Georges Brassens

Les gens qui voient de travers
Pensent que les bancs verts
Qu’on voit sur les trottoirs
Sont faits pour les impotents ou les ventripotents
Mais c’est une absurdité
Car à la vérité
Ils sont là c’est notoire
Pour accueillir quelque temps les amours débutants

Les amoureux qui s’bécott’nt sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s’fouttant pas mal du regard oblique
Des passants honnêtes
Les amoureux qui s’bécott’nt sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s’disant des « Je t’aime » pathétiques
Ont des p’tit’s gueul’ bien sympatiques

Ils se tiennent par la main
Parlent du lendemain
Du papier bleu d’azur
Que revêtiront les murs de leur chambre à coucher
Ils se voient déjà doucement
Ell’ cousant, lui fumant
Dans un bien-être sûr
Et choisissent les prénoms de leur premier bébé

Les amoureux qui s’bécott’nt sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s’fouttant pas mal du regard oblique
Des passants honnêtes
Les amoureux qui s’bécott’nt sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s’disant des « Je t’aime » pathétiques
Ont des p’tit’s gueul’ bien sympatiques

Quand la saint’ famill’ machin
Croise sur son chemin
Deux de ces malappris
Ell’ leur décoche hardiment des propos venimeux
N’empêch’ que tout’ la famille
Le pèr’, la mèr’, la fille
Le fils, le Saint Esprit
Voudrait bien de temps en temps pouvoir s’conduir’ comme eux

Les amoureux qui s’bécott’nt sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s’fouttant pas mal du regard oblique
Des passants honnêtes
Les amoureux qui s’bécott’nt sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s’disant des « Je t’aime » pathétiques
Ont des p’tit’s gueul’ bien sympatiques

Quand les mois auront passé
Quand seront apaisés
Leurs beaux rêves flambants
Quand leur ciel se couvrira de gros nuages lourds
Ils s’apercevront émus
Qu’ c’est au hasard des rues
Sur un d’ces fameux bancs
Qu’ils ont vécu le meilleur morceau de leur amour

Les amoureux qui s’bécott’nt sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s’fouttant pas mal du regard oblique
Des passants honnêtes
Les amoureux qui s’bécott’nt sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s’disant des « Je t’aime » pathétiques
Ont des p’tit’s gueul’ bien sympatiques
Paroles de Chansons

Autres chansons à redécouvrir sur le site J’ai la mémoire qui chante:


* * *

Nous avons besoin de votre soutien !


Abonnez-vous au site « J’ai la mémoire qui chante » et contribuez à la promotion de la grande et de la belle chanson d’expression française !

EN VOUS ABONNANT TOUT À FAIT GRATUITEMENT AU SITE « J’AI LA MÉMOIRE QUI CHANTE », VOUS NE COUREZ ABSOLUMENT AUCUN RISQUE sauf celui d’être informé, dès la parution d’une nouvelle chanson !  

Pour ce faire, il vous suffit tout simplement d’entrer votre adresse courriel (votre email) en utilisant le formulaire d’abonnement  que vous trouverez, au bas de la présente page !

Visitez notre nouvelle page sur Facebook


|width=540|bg=0xF8F8F8|righticon=0xff0000|initialvolume=100|animation=no
commentaires
  1. […] d’abord, la version que je préfère, soit celle de “Vos Yeux Cachou” chantée par Patachou. L’accompagnement musical un peu vieillot et la voix de velours de cette grande dame de la […]

  2. Merci à vous. Jean François, pour ce gentil commentaire… et cela me donne aussi à moi, de grands moments de plaisir. Et comme j’aimerais avoir en banque quelques centaines de chansons de plus !

  3. delhaye dit :

    Bravo, Cela perpétue les plus grands auteurs et la culture française.
    Vous nous permettez des moments de bien-être, de calme et d’éveil de l’âme.
    Bonne continuation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s